Sunday, 23 April 2017

Bouanne Saint George! - Happy Saint George's Day!

Bouanne Saint George à touos nos anmîns Angliais et Catalans!

Happy Saint George's Day to all our English and Catalan friends!

La Crouée d’St. George

En 1960, L'Assembliée d'Jèrriais présentit eune pièche dé thiâtre tch'avait nom La Crouée d’St. George (La Crouaix d’St. George). N'en v'chîn l'rapport.

Et pouor la Saint George aniet, né v'chîn eune partie du scrit:

In 1960 L'Assembliée d'Jèrriais put on a play called the Cross of Saint George - a historical pageant. For Saint George's Day today, here's a transcription of part of the script:


La Crouée d’St. George

L’histouéthe de l’învâsion dé l’Ile dé Jèrri par les Espagniaux en 1406, dramatîsée par le Sieur Ph. Ahier, B.Sc., et traduite par A.L. Perchard.

CARACTÉTHES
Pero Niño
Hector de Pontbriand
Gutierre de Diaz Gaméz
Jacques de Buxières
Guillaume de Buxières
Un Héraut Angliais
Le Connêtablye de St. Martin
Le Connêtablye de St. Sauveur
Le Connêtablye de la Trin’té
Le Connêtablye de Grouville
Le Connêtablye de St. Cliément
Mons. Pierre Julian – Recteur de St. Cliément
Jean
Marguerite
Le R’chéveux Général
1ié Prisonnyi
2ième Prisonnyi
3ième Prisonnyi
La Grand’méthe
La Méthe
La Fille
Le Narrateur

Le Narrateur est mâté en d’vant des ridgeaux.

Nar:                       Mes Dames et Mêssieux, j’nos trouvons dans l’année 1406, trais ans auprès que Jean de Penhouet, l’Amiral Breton avait organisé eune expédition contre l’Ile de Jèrri, faisant un tas de d’gâts dans l’Ile bieau que la paix ‘tait supposé d’exister entre le Roué d’Angliétèrre et le Duc de Bretagne.
                                Un Espagniau, Pero Niño, pirate, sorti de Castillon, était a faithe eune course dans l’s ieaux de la Manche en cherche de navithes Jèrriais ou Angliais.  I’ fit la rencontre de 6 batchieaux de Harfleur qui faisaient la pêque de baleines, mais qui ne d’mandaient pas mus que d’atatchi et voler d’autres batchieaux.
                                Les Captaines de ches batchieaux dîtent à Pero:  (eune vouaix driéthe les ridgeaux)
Vouaix:                 Moussieu, i’ s’trouve tout près d’ichîn eune Ile bein riche, qui s’appelle Jèrri-la Grande.  S’ous avaites 4 ou 5 milles hoummes, ou pouorraîtes la prendre et en haller eune grosse rançon.
Le Narrateur continue:
                                Pero n’avait que trais navithes, pas assez pour s’en aller atatchi et prendre i’Ile.  Par un coup d’chance, i’ s’trouvait à Harfleur, Hector de Pontbriand, qu’avait servi souos l’Amiral Breton en 1403.  I’ ‘tait a servi d’escort à des batchieaux à sé, pour les protégi des batchieaux d’course de Jèrri.  Aurpès hardi de distchussion Hector de Pontbriand ayant persuadé Pero Niño, adréchit tout l’monde.
(La vouaix à de Pontbriand de driéthe les ridgeaux)
Hector de Pontbriand:
                                Ch’valièrs et Gentilhoummes rêunis ichîn, suivez-mé, j’vos en prie. Et j’traverséthons à l’Ile de Jèrri.  J’vos garantis eune raide bouanne journée auvec les soudards et l’s habitants de l’Ile!
Le Narrateur continue:
                                Pero et Hector parvintent à trouver mille soudards, tchiques troupes armées et des arbalêtchièrs.  Le 7 d’Octobre 1406 i’ traversîtent tous de Harfleur et aterrîtent sus l’Islet oú’est qu’était le Prieuré de Notre Dame de l’Ile de Jèrri, et oú’est qu’le Châté Elizabé se trouve à-ch’teu. Les mouaines de Prieuré fûtent bein vite forchis de lus ‘n’aller pour faithe de la pliaiche pour les hoummes à Pero.  Tchiques Espagniaux pus hardis que l’restant, tchittîtent l’Islet et fûtent cherchi pour des bênis sus les rotchièrs pus près de la terre.  Les Jèrriais qui ‘taient stâtionés sus les mielles oû.est qu’est la “Grand Hôtel” au jour d’aniet, ne fûtent pas longtemps dévant les interpeller et les autres s’en r’fûtent tout d’suite èrtrouver lus camarades sus l’Islet. A cause de chutte scaramouche ichîn les Jèrriais se motchaient des Espagniaux, mais le lendemain i’ trouvîtent qu’i’ lus ‘taient mêprins, coumme j’allons vos raconter.
                                Un r’cord absolument pittoresque de tout cha qui s’arrivi en Jèrri ches trais jours-là, fut fait par Gutierre de Diaz Gaméz, l’Espagniau qui portat la banniéthe à Pero Niño.  J’en trouvons l’histouéthe dans ses travaux “Le Victorial”, Chronique de Pero Niño, qui fut traduite en français dans l’année 1838 par deux français; Le Comte Albert de Circourt et Le Comte de Puymaigre.  Basant not’ histouéthe sus la traduction française j’viyons que les Bretons souos Hector de Pontbriand donnîtent le c’mandement des armées unies à Pero Niño.  Le 8 d’Octobre 1406, à l’aube du jour, les tropette sonnîtent sus l’Islet, les Espagniaux se rangîtent prêts pour la bataille, et Pero les adréchit.
(La vouaix à Pero driéthe les ridgeaux)
Pero:                     Mes anmîns, à-ch’teu ‘ou viyis bein qu’ous êtes dans l’pays de l’en’mîn! Ergardez, les v’la rangis pour lus battre, bein armés et prêts pour nos atatchi coumme j’soummes prêts pour aller envèrs ieux.  I’ sont là en grands nombres, mais i’ n’sont pas si forts ni près d’êtres si braves coumme vous.  Mais n’oubliez pas qu’ous êtes entre deux feux!  ‘Ous avez la mé sans r’lâche à votre dos et l’en’mîn à vos enfachi!  ‘Ous êtes dgèrnis!  N’vos fiez pas sus l’un ni sus l’autre!!  Assoummez-les!  N’vos laissiz pas être battus, car ‘ou n’pouvez pas vos êcapper; ou bein ch’s’ra pour crever dans la mé!
                                (Nou-s-entend l’son d’la mé)
                                Séyiz fermes et batt’ous fortement et ‘ous éthez d’l’hounneu et tout pliein d’butîn; car ergardez coumme chu pays ichîn est riche!  Séyis prêts, agissiz auv’ couothage, et que personne ne tchitte sa pliaiche!  App’lez tous St. Jacques not’ Saint, qu’i’ nos aide et nos garde sauf.
Tout l’monde crie:  St Jacques! St. Jacques, v’nez à notre s’cours!
Le Narrateur continue:
                                Gutierre êcrit que les Jèrriais ‘taient souos l’c’mandement du R’chéveux Général car le Député Gouverneux, Sir Baldwin de Vere, ne print pas part dans la bataille.  Probablyement i’ ‘tait en cherge du Châté à Gouôré, car chutte expédition de Pero était inattendue.  Les Jèrriais fûtent les preunmièrs a atatchi auvec 200 hoummes à j’va.  Malheutheusement i’ s’ertithîtent en d’sorde.  Auprès ch’la les Espagniaux avanchîtent mais les Jèrriais se battîtent fortement et atatchîtent auvec hardièche.  A chu moment-là quand la bataille était à sna pus fort, Gutierre de Diaz Gaméz êcrit dans san livre:  Les hoummes de Castillon n’les mantchîtent pas:  I’ ‘es r’chûtent auvec arbalêques, pierres lances et toutes sortes d’armes.  Gentiment des Jèrriais tchîtent dans la mêlée, et les siens qui perdîtent lus j’vaux, prennant sabres ou haches en main prîntent part dans la bataille.  Tchiques-uns se battaient à coutchieaux nus.


                                (ichîn les ridgeaux ouvrent et eune p’tite réprésentation de la bataille est veue.  Deux ou trais hoummes à s’entre battre.  En driéthe est un portrait du Prieuré de Notre Dame de l’Ile de Jèrri.  Au mitan l’êtandard de St. George vole)
                                Pero arrive et appelle ses hoummes.
Pero:                     Mes anmîns, tandi qu’chut êtandard la és’sa d’but, janmais les Jèrriais ne s’sont vaîntchus!
                                Hector de Pontbriand s’avanche envèrs le R’chéveux et crie:
Hector:                 La mort!  La mort!
                                Il attaque le R’chéveux et l’tue.
Gutierre:             Il est mort!  Le v’chîn à mes pids.  Que Dieu sauve s’n âme!
                                Les Jèrriais c’menchent à crier.
1ié Jèrriais:          J’soummes battus!  Ch’est d’filer!  J’soummes perdus!
2ième Jèrriais:   Sauve tchi peut a not’ Châté!  Janmais les Espagniaux nos gouvernéthont!  Sau’vous!  Sau’vous!  I’ vaut mus faithe ch’la et vivre pour nos battre eune autre fais.
1ié Jèrriais:          Ch’est d’faithe rapport au Duc de York coumment qu’j’avons ‘té envahis par les gens à sa méthe sans autchune raison!
2ième Jèrriais:   Sauve tchi peut!  Sauve tchi peut!
                                Les Jèrriais se sauvent.
Pero:                     Venez, j’allons nos r’tither.  Que les troupes s’en r’allent au Prieuré se prépather pour la bataille démain.
                                (coumme les Espagniaux s’en vont, eune jeune fille Jèrriaise arrive.  Ou’ cherche parmi les morts pour s’n amouotheux qu’ou crait qu’a ‘té tué)
Marguerite:        Jean! Jean!  Man chièr Jean!  J’taimes pour nos mathier la s’maine tchi veint mais janmais tu ne r’séthas dans mes bras à-ch’teu!  Tch’est que ch’tait que l’prêtre dit?  “Dulce et decorum pro patria mori”.  Ch’est agréablye et à propos de mouothi pour le pays de sa naissance!  Malgré qu’la mort à Jean m’fait tant d’minséthe i’ faut que j’me rappelle de ch’la qaund j’pense en li.  Jean!  Jean!
                                (Jean qui n’est pas mort se lève douochement quand i’ ouait sa vouaix, et viyant que la côte est cliaithe i’ crie à tue-tête)
Jean:                     Je n’sis pas mort!  Pas seuelement blessé!  Marguerite, est-che vraiment té!  Coumme ch’est merveilleux de t’vaie ichîn!
Marguerite:        Pourtchi qu’tu-est couochi là si tu n’est pas blessé?
Jean:                     J’sis un failli soudard, me, assez pour faithe honte à la Milice.  J’ai fait la minne d’être mort pour être seux de n’être pas tué.  Tch’est qu’tu t’en vas penser d’me?  Mais coumme tu-as ‘té brave ma chièthe, de t’en v’nîn ichîn de St. Martin.
Marguerite:        J’n’ai pas pensé à ch’la, j’tais trop gênée tchi qui ‘tait dév’nu d’te.  Tu-es seux que tu t’trouve tout à fait bein?
Jean:                     Véthe, véthe!
Marguerite:        Vé-t’en, don, ch’est d’aller au Châté dgèrni tout l’monde que malgré toutes les négociâtions et l’s accords, l’Ile à ‘té envahie.
                                (Ou’ l’y aide à se l’ver et i’ s’entre-embrachent.  Pero entre et les vait)
Pero:                     Oh, oh, tch’est qu’j’avons ichîn!  J’avons p’têtre bein vaîntchu les Jèrriais mais l’amour a l’au d’sus d’tout!  Vraiment, ch’s’rai dommage de les dêrangi.
                                (Pero s’en va)
Marguerite:        Es-tu capablye de marchi jusqu’au Châté d’Sédement, man Jean?
Jean:                     Oui, ma chiéthe.  Vé-t’en, i’ faut nos dêpêchi, ne v’là la mé qui monte.  L’entends-tu bein?
                                (Nou-s-entend la mé qui monte)
Jean:                     J’pouorraîmes bein être n’yés, là-bas, où’est qu’les couothants se rencontrent.  Embrache-mé acouo eune fais pour bouanne chance.  À-ch’teu, vite, ma chérie!  J’f’thons mus d’couôrre.
                                (Les ridgeaux freunment et r’ouvrent pour môtrer qu’un p’tit d’temps s’est passé)
Jean:                     Dgieu merci, nos v’chîn sus les mielles.  J’soummes sauf à-ch’teu, Marguerite.  Not’ pus bé est d’filer par le Mont ès Pendus, pour Sédement ----- not’ abri!  J’trouv’thons nos pathents là.  Embrache-mé, Marguerite.
                                (Les ridgeaux freument et r’ouvrent coumme dévant)
Marguerite:        Ne va [as si vite, don, Jean,  j’sis si lâssée que j’ai d’la peine à t’suivre.
Jean:                     Couothage, ma chiéthe!  Nos v’la preque à Sédement.  Tchi bonheu!
Marguerite:        Ch’est rein qu’à-ch’teu que j’en soummes si près que j’m’trouve vraiment sauf.  Ches âffreux Espagniaux et Bretons-là nos peuvent rein à-ch’teu.  Embrache-mé, Jean, ch’est not’ dèrnié chance dé arriver au Châté.
                                (I’ s’ent’ embrachent coumme les ridgeaux freunment)
------------------------------------------------


DEUXIÈME SCÈNE
-----------------------

Le lendemain.

Sus l’Islet enfachant les mielles.
Quand les ridgeaux ouvrent nou vait qu’y’a acouo du débris de la bataille sus les sablions.  Les suivants entrent:  Pero Niño, Gutierre de Diaz Gaméz, et tchiques Ch’valièrs Bretons et s’assièvent.

Pero:                     (D’eune forte vouaix)  Am’nez les prisonnièrs!
(Des prisonnièrs Jèrriais qu’ont l’air hardi êffrités entrent.  Hector de Pontbriand entre driéthe ieux)
Pero:                     À-ch’teu, tas d’reintchivailles!  Rêponnez les tchestchions que j’m’en vais vos d’mander, ou bein ‘ous éthez affaithe à mé!
                                (Les prisonnièrs s’ent’ èrgardent bein gênés)
Pero:                     Preunmiéthement, combein d’monde démeuthent dans l’Ile?
1ié Prisonnyi:     De 4 à 5 mille.
Hector:                 Tch’est qu’est l’nom de vot’ Gouvèrneux, Gardgein, Cap’taine ou cha qu’ou l’applez?
2ième Prisonnyi:              Sir Baldwin de Vere, le député au Duc de York, qu’est l’couôsin à not’ Roué, sa Majésté Henri IV.
Pero:                     As-tu dit, le Duc de York? Oh, la,la! Sa méthe était eune Prîncêsse de Castille.
Hector:                 De piéthe en piéthe!  Le preunmié homme à la Reine d’Angliétèrre était not’ défunt Duc!  Le Duc de Bretagne!  L’affaithe ne sent pas à bouan, valet!
Pero:                     Il est trop tard d’aver èrgret.  N’t’en fait pas, m’n anmîn, les affaithes s’arrangeront.  La preunmié chose est d’prendre l’Ile;  tch’est qu’t’en dit, Hector, la contchête preunmiéthement, le bavardage auprès.
                                (Auprès aver oui la distchussion, les prisonnièrs sont un mio pus hardis)
Hector:                 J’m’en vais tchestchionner ches fripons-ichîn, don.  Heh, là-bas!  Véthe, te!  Où-est qu’est votre Député Gardgein?
3ième Prisonnyi:              À iun des forts, j’crai bein.
Pero:                     Ah! À-ch’teu tu nos dis tchiquechose!  Des forts, hein!  Combein qu’y’en a dans l’Ile, don, et où’est qu’i’ s’trouvent?
1ié Prisonnyi:     Pourtchi que j’vos dithaîmes!
Hector:                 Pourtchi!  Sabre de bouais j’m’en vais bétôt vos môtrer!  Ramassez les înstruments de tortuthe!
                                (Quand les prisonnièrs entendent pâler d’înstruments de tortuthe il’ont peux et auprès aver pâler ensemblye i’ décident de rêpondre)
2ième Prisonnyi:              Ch’est bein, j’allons vos dithe!  Y’a Gouôré, Grosnez, le Châté d’Rozé, le Châté de Lé et le Châté d’Sédement.
Hector:                 Le Châté d’Sédement.  Ah véthe!  J’en ai oui pâler.  Ch’est un ouvrage en terre, est-che pon?
3ième Prisonnyi:              Véthe, nos femmes et êfants y sont, les vieillards, marchands, fèrmièrs et tchiques pêtcheurs, en êffet tout l’monde qui n’portent pas d’armes.  Le Châté est hardi bein embarricadé et y’a des fosses remplyies d’ieau tout l’tou.  ‘Ous éthez d’la mînséthe à y’entrer.
Pero:                     Ma fingre, ch’est justement là la pliaiche sustout qu’ou dîtes que tout vot’ monde y’est!  J’allons tâchi de l’prendre, véthe dgia!
2ième Prisonnyi:              S’ous avez l’audicité de l’faithe, i’ lus battront tous jusqu’à but.
Hector:                 Et acouo, tu dis qu’i’ n’sont pas armés!
Pero:                     Un instant Hector!  Ecoute ichîn, manniéthe de pendard!  Attend’ous parchance la fliotte Angliaîche à v’nîn à vot’ sécours coumme oulle a fait aut’fais?
1ié Prisonnyi:     (Tachant de pathaître brave) La fliotte Angliaîche est à Pliémue.  Y’a au mains eune chentaine de navithes à vailes là, et criyiz-me s’ou voulez, tchiqu’uns d’ches navithes-là sont de Castille.
2ième Prisonnyi:               N’oubliez pas qui y’a un accord par létchel j’soummes alliés à la  Castille, ou que j’y’étaîmes, tréjous!
Pero:                     Eh bein, y’a eune èrfraideu qu’existe entre les deux pays à-ch’teu.  Venez, j’allons mettre en route pour chu Châté-là.
Hector:                 Emm’nez les prisonnièrs au Prieuré.
1ié Prisonnyi:     Au bonheu!  I’ dait aver de fameux vîn là.  Les mouaines lus souongnent raide bein, valet!
Pero:                     Silence là!  Tch’est qu’est chu bâtisse-là? (Pointant à Nièrmont)
2ième Prisonnyi:              Le Prieuré de Nièrmont.
Pero:                     (Pointant à l’Eglyise de la ville)  Et ch’tî-là?
3ième Prisonnyi:              L’Eglyise Pârouâissiale de St. Hélyi.
Pero:                     Oh, oui!
3ième Prisonnyi:              Véthe, St. Hélyi souffrit d’être mîns à mort coumme têmoignage de la véthité d’sa réligion, là sus chu rotchi-là driéthe vous.
                                (Tout l’monde font le signe de la crouée)
Hector:                 Tch’est qui sont ches pierres-là que nou vait êlevées sus chu mont-là?  (I’ pointe au Mont d’la Ville)
3ième Prisonnyi:              Ch’est là l’Mont d’la Ville, et ches pierres-là sont un monument êrigi par les habitants y’a des chents ans, pour mèrtchi la pliaiche où’est qu’il’ avaient enterré tchiqu’un d’împortance.
Pero:                     I’ m’semblye qu’ous êtes hardi savant.
1ié Prisonnyi:     Coumme de raison, j’soummes înstruits par les  prêtres dans l’s êcoles couothues par les églyises.
Hector:                 Et chutte Chapelle-là, là-bas, passé les rotchièrs?
2ième Prisonnyi:              La Chapelle des Pas.  Nommée d’même car la Sainte Vierge est supposée d’aver marchi là, et laîssi ses pas împrinmés où’est qu’la Chapelle est bâtie.
Gutierre:             ‘Ou m’pathaissiz être hardi réligieurs dans ch’t Ile ichîn.
3ième Prisonnyi:              Les prêtres nos ont tréjous dit de mettre not’ fouai dans l’Bouan Dgieu et d’porter hounneu au Roué.
Pero:                     Oh oui!  Eh bein, auv’ toute chutte réligion ichîn, i’ m’semblye que la tchestchion la pus importante est, létchel des Papes qu’est compté à la tête de la réligion.  Y’en a deux, ou savez – Bénédict à Avignon, et Innocent à Rome.
1ié Prisonnyi:     Innocent à Rome, bein seux.
Pero:                     J’d’vons pouver nos fier sus l’support de l’autre si ch’est là l’cas, pour nos haller d’embarras quand à chutte învâsion ichîn.  J’pouvons ristchi à prendre l’Ile.  Venez, j’allons délibéther la position entre nous.  Emm’nez les prisonnièrs au Prieuré.  Faites-ous seux qu’i’ saient mîns à la clié et qu’i’ n’aient pas l’opportunité d’béthe de vîn.
                                (Les prisonnièrs et tchiqu’uns des soudards s’en vont)
Pero:                     Que j’séyons èrmèrciants au Bouan Dgieu que j’avons vaîntchu les Jèrriais en bataille.  Si parchance i’ s’êmancipent de nos atatchi eune deuxième fais j’les r’battrons acouo.  I’ m’semblye que je s’raîmes en pouchette de nos mettre maîtres de l’Ile et d’la garder pour nous-même, pustôt que d’la d’vaster et d’la brûler.  Ch’est d’envier mandat ès hanitants qu’i’ veingent lus souômettre à nous et nos rendre hoummage.  S’i’ r’fusent, j’brûl’rons tout, et j’vèrrons bétôt tchi qu’en est!

                                (Les ridgeaux freunment coumme Pero et ses camarades s’en vont)

----------------------------------

La Fête du R'nouvé

La Fête du R'nouvé à La Hougue Bie


Thursday, 20 April 2017

Jèrriais Today

La Fête du R'nouvé

Poésies Jèrriaises à La Hougue Bie, Sanm'di 11h du matîn

Jèrriais poetry 11am Saturday at La Fête du R'nouvé at La Hougue Bie

Tuesday, 18 April 2017

Chutte sémaine - This week

N'y'a pon d'cliâsses chutte sémaine, mais nou caqu'tétha à l'aubèrge (Mardi au sé) et au café (Jeudi au matîn) coumme d'amors.

No classes this week, but there'll be chat at the pub (Tuesday 5.30-6.30pm - Adelphi) and at the café (Thursday 10.30-11.30am - Costa Coffee, Bath Street) as usual.

Sunday, 16 April 2017

Bouôn Pâques - Happy Easter

Bouôn Pâques!
Happy Easter!


Moussieu l'Editeu,

Mardi au sé, la Merrienne, assise bein confortablyement dans sa grand' chaise, me dit comme chonna: "Comme le temps s'pâsse, Ph'lip. Ch'est prèsque incriyablye que y'a dêjà douze mais que fis des fiottes."

"Pourtant," j'l'y dit, "ch'est vrai, car j'en ai ocquo l'goût dans ma bouoche. Tu l's'avais brûlées tes fiottes et j'eut bein d'la peine à l's'avalé. Jéspèthe que tu n't'en vas pas tâchi ocquo d'm'empouaisoné Vendredi. Après tout, pourtchi des fiottes chu jour-là? Quant à mé j'n'y vais autchun bouon-sens."

"Ch'est une vieille couôtume," ou dit.

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

Saint Thomas Roman Catholic church Jersey 03La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, 20: 19-23, 30-31

The Gospel according to John, , 20: 19-23, 30-31
Lé sé même, ch'est lé preunmié jour d'la s'maine, les portes du lieu où'est qu'les discipl'yes 'taient assembliés 'taient freunmées pa'ce qu'i' craignaient les Juis. Jésû vînt et i' fut là au mitan dg'ieux et lus dit: "Qu'la paix es'sait auvec vous!" Et coumme i' lus dit chenna i' lus môtrait ses mains et san côté et d'même les discipl'yes viyant l'Seigneu eûtent eune grande jouaie. Et i' lus dit acouo eune fais: "Qu'la paix es'sait auvec vous! Coumme man Péthe m'a envyé, la même chose j'vos envyie." Et quand il eut finni d'pâler, i' soûfflyit sus ieux, et lus dit, "Èrchévez l'Saint Esprit! Ès siens à tchi qu'ou pardonnez lus péchés, i' s'sont pardonnés, et les siens à tchi qu'ous èrténez, i' s'sont èrténus.

Jésû fit pliûthieurs aut' mithacl'yes en présence dé ses discipl'yes tchi n'sont pon êcrits dans chu livre. Mais ches choses ichîn ont 'té êcrites en fîn qu'ou criyiz qu'Jésû est l'Christ, lé Fis dé Dgieu, et en criyant ous avez la vie par san nom.

Friday, 14 April 2017

Des mèrvelles - Wonders

Lé Vendrédi Saint - Good Friday

Vèrrinne dans l'églyise dé Saint Saûveux
Aniet ch'est l'Vendrédi Saint. Né v'chîn un but d'la Bibl'ye: dé la Bouonne Nouvelle s'lon Matchi, 27: 33-54

Today is Good Friday. Here's a passage from the Gospel according to Matthew:

I' vîndrent à un endrait tch'avait nom Golgotha (v'là tchi veurt dithe la carre d'la cranne). Là il' aveignîdrent du vîn mêlé d'auve du fyi, mais ayant gouôté, i' n'en voulit d'aut'. Assa un co qu'les soudards l'avait clioué à la crouaix, i' jouîdrent entré ieux pouor loter ses habits (chennechîn s'adonnit s'lon chein qu'lé prophète avait dit: "I' lotîdrent mes habits entré ieux et pattîdrent pouor mes hardes.") I' lus assiévîdrent là et gardîdrent quart sus li. Au d'ssus d'sa tête il' affichîdrent l'atchûsâtion contre li en ches patholes: "Ch'tî-chîn est Jésû, Rouai des Juis". Y'avait deux voleurs clioués à la crouaix des deux bords d'li, l'iun à dêtre et l'aut' à s'nêtre. Les pâssants lé traitaient dé touos les noms en châtchant la tête et dithant, "Té tchi dis qu'tu'abatt'tais l'templ'ye et l'èrbâtithais en trais jours, saûve-té don! Dêclioue-té d'ta crouaix, si tu'es l'fis du Bouôn Dgieu!"

Thursday, 13 April 2017

Jeudi Saint - Maundy Thursday

Vèrrinne dans l'Églyise
dé Saint Louothains
Ch'est l'Jeudi Saint. Né v'chîn un but d'la Bibl'ye: la Bouonne Nouvelle s'lon Luc: 22, 14-22

It's Maundy Thursday. Here's a relevant Bible reading from the Gospel according to Luke: 22, 14-22
Et quand vînt l'heuthe dé c'menchi, Jésû s'attablyit auve ses approtis au ras d'li, et i' lus dit, "J'ai 'té entchéthinné pouor mangi chu fricot d'Pâque acanté vous d'vant qué j'daive suffâtchi. J'dis chennechîn à tout vous achteu: j'n'en mang'geais pon dèrché entréchîn qu'lé Rouoyaume du Bouôn Dgieu veinge."

Épis i' prînt l'mogue, èrmèrcyit l'Bouôn Dgieu et dit, "Prannez chennechîn, et chârez-en parmi vous. J'dis chennechîn: J'n'en béthais pon d'chu jus d'la vîngne entréchîn qu'lé Rouoyaume du Bouôn Dgieu veinge." Et i' prînt l'pain étout et quand il avait r'mèrcié l'Bouôn Dgieu, i' lé g'dachit et lus en baillit des gobîns, et dit, "Chennechîn est man corps offèrt pouor vous. Faites dé même en ma mémouaithe."

Wednesday, 12 April 2017

Des mèrvelles - Wonders